20 février 2012 0 Commentaire

Te souviens-tu ? C’était un soir d’été, nous étions atablés au bord de l’eau, il faisait doux…

« Te souviens-tu ? »

À qui pourriez-vous poser cette question ? À qui oseriez-vous la poser ? Avec qui aimeriez-vous partager un souvenir commun ? Pour en rire plus souvent qu’en pleurer, n’est-ce pas ?

Alors pourquoi ne pas écrire une lettre dans laquelle vous inciteriez celui ou celle qui appartient à votre passé à vous rejoindre dans les singuliers récits enfouis dans notre mémoire ? Elle est ce lieu unique où nous rangeons au fur et à mesure les moments qui ont marqué notre existence, sans les ordonner souvent, et c’est pour cette raison qu’un tiers intéressé serait utile pour fouiller le coffre trouvé dans le grenier qui recèle ce qu’il a de plus cher.

Soyons conscients des égarements de notre mémoire qui dépoussière le passé avec souvent un excès émotionnel qui freine la reconstruction.

À deux, le travail de mémoire garantirait l’authenticité des événements passés ,car chacun entendrait le récit de l’autre, l’un serait le miroir de l’autre, de sorte qu’il en fleurirait l’âme du souvenir que vous aurez soin de retranscrire en ajoutant les sentiments de ce présent qui l’a fait renaître.

Hier, j’ai écrit à une amie, dont je n’avais plus de nouvelles depuis un certain temps, pour lui demander de parcourir avec moi les couloirs de la Faculté d’Aix-en- Provence. Que de livres éparpillés, de cours pris à la hâte, d’angoisse de la page blanche, de fous rires ! Nous avons étalés quatre ans sans prendre la peine de les ranger dans un ordre chronologique parce que nos mémoires ont désiré saisir de ces évènements l’aspect bohème qui nous caractérisées.

A vous, à vous d’appeler et d’écrire à deux.

Attal Joyce

Laisser un commentaire

dimancheauborddenied |
Music Rock News |
Machi'Merveille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mattdez
| ALINE
| L'Atelier d'Anne-...